L’AFFAIRE du criminel W. BUSH

ou le cynisme occidental à l’extrême

 

Incroyable ce qui se passe en ce moment sur la planète! Un Criminel habillé en héros! Et le peuple américain assimilé à un troupeau bête et ignorant!
Pas par n’importe qui! Par leur président! Bush est tellement sûr de ça qu’il invente des hordes de loups pour faire peur à ces pauvres Américains, campés là-bas, en Amérique du Nord, loin du reste du monde! Réveillez-vous, ce n’est qu’une légende urbaine mijotée par Bush. Prenez garde, si vous croyez aux loups, c’est l’appétit du renard que vous régalerez!
 
 
Tout cela pour dire combien la manipulation occidentale de l’opinion mondiale n’a pas de limite et l’affaire de W. Bush marque d’une façon honteuse notre incapacité, surtout celle des pseudo-civilisés baignant dans la connaissance,  à défendre les valeurs humaines. Regardons comment les médias, tout en faisant état des manœuvres criminelles de W. BUSH, participent à son blanchiment et à sa promotion, en le présentant toujours sous son plus beau jour, souriant, aimable et fier guerrier, dans une campagne électorale tout en couleurs qui cachent les montagnes de cadavres innocents qu’il a fait de par le monde.
 
C’est un jeu immoral que celui des médias de masse qui partagent ces crimes en les diluant dans un discours artificiel propre au showbiz qui gangrènent la conscience humaine en l’anesthésiant. Comment peut-on mépriser à ce point son propre lectorat en l’assimilant à un troupeau de débile qui gobe tout ce qu’on lui sert! Un pauvre troupeau débile et sans défense menacé par des loups! Ainsi sont présentés les Américains au monde entier par leur président! Un monstre, un mythomane  qui prétend les sauver alors qu’il a mit le feu à leur demeure et qu’il s’apprête à les dévorer sitôt qu’il aura leur confiance.  
 
S’il y avait l’antithèse du Nobel de la Paix, W. BUSH et ses acolytes, l’emporteraient haut la main sur Ben Laden, tant les crimes des premiers dépassent en cruauté et dans des proportions incomparables. Il suffit de vouloir, pour le savoir. Il a menti aux américains, forcé les pays, marcher sur le droit international et violé l’ONU pour se payer le massacre de l’IRAQ et en prime à ses propres citoyens, près de 1200 (et ce n’est que le début) cadavres des soldats morts pour la richesse et le confort des bourgeois américains qui règnent sur le pétrole et les armes. Ces soldats à qui on fait croire avant de les envoyer en enfer que l’Iraq, petit pays insignifiant (qui se trouve de l’autre côté de la planète) menace les États-unis.

 

Et les médias les y poussent en les désignant de force de stabilité et de victimes des rebelles et des terroristes iraqiens au lieu de leur dire : rentrez chez armée d’envahisseurs et  cessez de massacres des gens qui ne vous ont rien fait et qui vivaient chez eux en paix avant que vos bombes ne transforment leur vie en enfer et leurs enfants, ces résistants qui vous font face et qui sont prêts à donner leur vie pour sauver les leurs, tout comme vous le ferez si un ennemi décidait d’envahir votre pays, les États-unis. Mais les médias ne feraient jamais ça, ils appartiennent au même maître que vous. Et depuis qu’ils ont renoncé à être eux-mêmes, à servir la vérité, à supporter la justice, à s’oublier face la détresse de leurs semblables en combattant la corruption et le crime, ils tournent le dos à tout ce qui les interpellent, mêmes les carnages les plus intolérables comme ceux que vous infligez aux enfants iraqiens, afghans et autres. Ils ont presque oublié qu’ils peuvent changer le monde, anesthésiés par un confort ambiant dans lequel s’est diluée peu à peu leur humanisme.

 
Devant leur démission, les criminels de haut rang (genre BUSH, Rumsfeld, Dick cheney et Sharon d’Israel) se sont emparés des plumes et les ont dirigées dans la même direction que vos fusils, à savoir, ceux qui ne revendiquent que la justice et la dignité humaine.  

 

Retour à la page principale